La Biorésonance au service du stress et de la dépression

isabelle-auger-eqinergie-bioresonance-depression

Écrit par Isabelle Auger

20 Mar, 2022

Du stress à la dépression

 

Nous traversons en ce moment des périodes très difficiles, anxiogènes, perturbantes, aux repères bouleversés. Beaucoup ont perdu le « sens » de leur vie, avec une brume épaisse quant à leur avenir. La peur, le stress sont omniprésents, voire la dépression.

Mais quelles sont les causes du stress ?

 

Les causes du stress

Elles sont multiples et variées :

  • Problèmes de la vie privée
  • Problèmes familiaux
  • Problèmes professionnels
  • Hyperactivité
  • Etc… .

Du stress à la Dépression le pas est vite franchit : une histoire d’hormones et de récepteurs.

Le mot stress est introduit en médecine en 1936 par le Docteur Hans Selye, endocrinologue à l’Institut de Médecine et de Chirurgie Expérimentale (Université de Montréal Canada)

> Notre cerveau en est le chef d’orchestre. Les neurosciences et les sciences cognitives nous permettent aujourd’hui de comprendre et de mieux maîtriser les mécanismes décisionnels, c’est une aide précieuse ! Pour en savoir plus, c’est par ici.

Dans une situation de stress plusieurs aires du cerveau sont stimulées, notamment celles responsables de la coordination et la gestion des émotions.

 

Les 3 zones du cerveau impliquées sont :

  • L’amygdale : responsable du décodage des émotions et de leur gestion
  • L’hippocampe : il fait partie du système limbique pour l’apprentissage et la mémoire, l’adaptation à l’environnement…
  • Le cortex préfrontal : il joue un rôle important dans nos prises de décisions. Le contrôle de l’anxiété et les troubles de l’humeur. Une baisse de son activité peut engendrer une dépression.

 

Le stress est une réponse physiologique de notre organisme face à une situation dangereuse ou angoissante.

C’est un mécanisme de défense et protection de l’organisme.

A ce niveau tout va bien. Mais c’est au cours de l’évolution souvent insidieuse du stress que tout se complique.

Voici l’évolution en 3 phases :

 isabelle-auger-eqinergie-bioresonance-3-phases-du-stress

Mais, comment cela fonctionne t-il ?

Nous sommes « drogués » aux hormones et neurotransmetteurs impliquées dans le stress.

Kézako ?

Ce sont des molécules chimiques libérées par les neurones dans la fente synaptique et qui transmettent des informations précises dans l’organisme.

Voici sont les hormones impliquées dans le mécanisme du stress :

  • Les catécholamines  : en cas de stress, les glandes surrénales produisent ces hormones. Les plus connues sont adrénaline et noradrenaline, leur rôle est d’augmenter l’oxygénation des organes sollicités, active l’attention et donc la vigilance dans la phase l’alarme.
  • Les glucocorticoides : ils prennent le relais des catécholamines afin de fournir au cerveau et aux muscles l’énergie nécessaire pour réagir face à la situation stressante.
    • On retrouve la Vasopressine et l’ACTH (hormone adénocorticotrope) qui stimulent à leur tour les glandes surrénales afin de secréter du cortisol dans la circulation sanguine. Attention : une libération trop importante de cortisol due à une période de stress et d’anxiété prolongée peut avoir de graves effets sur l’organisme : hypertension, douleurs musculaires, ostéoporose, syndrome métabolique etc… .
    • Les neurotransmetteurs qui agissent sur le système d’alarme et leur carence en cas d’anxiété prolongée :
      • L’ acétylcholine : responsable de l ‘éveil, de l’attention, et de la colère. Une carence entraîne une baisse de concentration et mémorisation.
      • La sérotonine : régule l’humeur, le sommeil et l’appétit. Une carence entraîne de l’hyperactivité, de l’irritabilité, de l’anxiété, de l’insomnie et de la boulimie.
      • La dopamine : « l’hormone du bonheur » régule l’humeur. Une carence entraîne de la démotivation, de l’indécision et la dépression.
      • La noradrénaline : vigilence, sommeil, apprentissage, rêve. Une carence entraîne une baisse de concentration, de la tristesse, une baisse de l’affectif, et la dépression.
      • Le GABA (acide gamma-aminobutyrique) régule l’anxiété, c’est le chef d’orchestre des autres neurotransmetteurs.  Une carence entraîne de l’anxiété, de la panique et des manies.

Lorsque le stress aigu est récurrent il devient chronique, les réponses adaptatives ne s’opèrent plus, il y a un déséquilibre physique de la production des substances chimiques neurologiques, du cerveau. On atteint l’état d’épuisement.

isabelle-auger-eqinergie-bioresonance-stress-consequences

Burn out, déprime, agressivité, fatigue émotionnelle, énervement, difficulté de concentration, troubles de la mémoire, anxiété, idées noires, sommeil perturbé.. maladies cardiovasculaires, perte d’appétit, éruptions cutanées..

 

Et la biorésonance dans tout cela ?

La Biorésonance peut être un traitement complémentaire à l’allopathie.

C’est un traitement holistique qui permet de faire un bilan énergétique précis. Elle vient améliorer la circulation sanguine et favoriser la régénération cellulaire afin de retrouver l’homéostasie (équilibre). Des micro fréquences envoient un signal au système limbique du cerveau du patient. Un ciblage peut être fait spécifiquement pour la production de dopamine, sérotonine, adrénaline etc… .  Des valeurs de fréquences viennent réguler et agir sur les facteurs de stress ou de la dépression. J’utilise pour cela le le QEST4. ou le PS10.

Nous ne pouvons que nous réjouir des résultats très encourageants de la biorésonance sur des patients diagnostiqués avec une dépression. C’est un véritable bijoux.

 

La biorésonance vient en soutien afin d’obtenir des résultats plus rapides et efficaces. L’association des deux thérapies est tout à fait compatible.

 

Découvrir mon approche >

Retrouvons-nous sur les réseaux :

Cela pourrait vous intéresser…

La Biorésonance

La Biorésonance

Un pont entre l’énergie et la matière Le corps est un champ vibratoire et énergétique constitué de...